Refuge Robert Blanc

Sur les balcons de la Vallée des Glaciers

Bilan de cet hiver

Le refuge en hiver n’est pas gardé, mais une pièce reste accessible à tout le monde. On espère, lorsqu’on le quitte au début de l’automne, le retrouver dans un état quasi similaire au printemps. La plupart des gens qui viennent y passer une nuit, le respecte et font le nécessaire pour le laisser dans le même état qu’ils l’ont trouvé, c’est à dire propre et bien rangé.

Quelle ne fût pas notre surprise ce printemps de découvrir l’état du refuge !

Une fenêtre était cassée. En inspectant la pièce on a pu reconstituer le pourquoi de cette fenêtre cassée. Cette casse apparait comme étant volontaire, la fenêtre n’a pas été cassée par mégarde. Le détecteur de fumée mettant en route l’alarme incendie a été déclenché, à cause d’une utilisation abusive du poêle à bois.

La pièce était salle, la vaisselle n’avait apparemment pas été faite bien régulièrement, des poubelles étaient soigneusement entreposées dans le SAS d’entrée, une carte IGN du secteur que nous avions laissée au mur avait disparu, de même qu’un beau livre des éditions Guérin. La réserve de bois intérieure et extérieure, pourtant franchement garnie était vide, des planches rangées sous le balcon avait  été cassées et fendues pour garnir le poêle.

Heureusement qu’il n’y a pas de scie sur place, sinon on aurait peut être retrouvé des morceaux de bancs et tabourets dans la réserve de bois !

Pour nous et pour le refuge, heureusement, des gens qui sont passés au début du mois de février, ont trouvé le refuge rempli de neige, l’ont déneigé, et ont colmaté la fenêtre avec des tables et des couvertures, empêchant trop d’humidité de continuer à rentrer. Merci à eux.

Mais, ils n’ont pas pensé à nous prévenir, comme l’ensemble des skieurs qui sont venus profiter du confort du refuge pendant notre absence. Etrange.

Ne parlons pas non plus du faible nombre de gens qui paient leur nuitée en rapport avec la grande quantité de bois brulée lors de cette saison.

Notre idée à l’automne était de laisser un local accueillant, bien fourni en ustensiles pour cuisiner, permettant aux passagers de passer une nuit réconfortante avant leur aventure du lendemain. Le retrouver dans cet état ce printemps nous laisse un vrai goût d’amertume.

Malgré tout, notre enthousiasme reste intact, et nous espérons vous accueillir nombreux tout au long de cette saison dans le respect et la bienveillance!

A bientôt là-haut!

 

 

11 Comments

  1. Robert BOUR

    9 mai 2017 at 6:49

    Ce que je lis me rend bien triste et amer. Je suis membre du CAF et fréquente régulièrement les refuges de montagne. Je suis toujours heureux de trouver un abri chaleureux et accueillant avant de poursuivre mes périples.
    Pourtant, bien que je sois comme vous consterné, j’ose espérer que ce comportement est tout à fait marginal et ne concerne qu’une quantité infiniment négligeable des usagers de nos refuges.
    À vous autres bénévoles, bienfaiteurs, grâce à qui nous trouvons « refuge » en ces abris, je vous adresse mes plus sincères félicitations et remerciements pour votre travail désintéressé et votre dévouement.
    Avec toute mon indéfectible amitié montagnarde.
    Ötzi, vagabond et poète des cimes.

  2. Dauvergne Jerome

    9 mai 2017 at 7:32

    Abolument immonde !! Quelle bande de cons!!

  3. Que l’on soit membre du CAF (je le suis) ou pas je considère, en mesurant mes propos, que nous avons affaire à des personnes qui ne respectent rien mais je me renconte que la connerie n’a pas de limite et jose espérer que ceux qui ont provoqué ces dégats lisent ces quelques mots.

  4. Je suis désolée pour vous, et en colère contre les personnes, qui, ne respectent plus rien, je tiens un gîte dans la montagne de Lure que je ferme l’hiver, j’ai été cambriolé 2 fois… Heureusement, la majorité de ma clientèle est bienveillante.
    Bon courage à vous
    NC

  5. Philippe Baud

    11 mai 2017 at 12:03

    Il n’y a aucune excuse pour tout cela.
    Je me rappelle de mes vacances au Collet entre Lanslevillard et Bessan où en 1979 à notre arrivée nous avions découvert la petite chapelle pleine d’ordures. Nous avions rempli plus de 20 sacs poubelle de détritus et effectué plusieurs voyages à la décharge…
    Mon impression est que la situation de nos jours ne fait qu’empirer, bien triste…

  6. Triste. Jespaire que vous laisser quand meme ouvert et avec tu bois pour la prochaines saison. Jaimerais bien une fois passer avec des clients. Pour nous les guide c’est important de trouver des local d’hiver comfortable. Merci beaucoup.

  7. CE de Pontalba

    11 mai 2017 at 8:01

    C’est bien triste ! J’ai un très beau souvenir d’une nuit à Robert Blanc pendant la période non gardée, et j’avais beaucoup apprécié le côté très accueillant du refuge d’hiver. Ca fait partie de la beauté de la montagne d’arriver dans un refuge non gardé et de trouver tout préparé, puis de prendre soin de laisser les lieux en ordre pour les suivants. Il est rageant que certains ne le comprennent pas, mais gardez courage, ce serait si triste de perdre cela !

  8. Je vous envoie des encouragements, et vous fais part de mon admiration devant le bon travail que vous fournissez pour notre plaisir !

  9. Brice DE BARY

    12 mai 2017 at 4:13

    Dans les années 1980, avant que l’avalanche rase les baraquements militaires des Chapieux, bien des printemps on retrouvait un bâtiment fracturé par des randonneurs à ski.
    La porte, des bas-flancs et les volets avaient été brisés (il fallait apporter une hache !) et brûlés. Des déchets et bouteilles cassées laissés là. Ajoutez y des étrons!
    Conclusion , certains « amoureux de la nature » d’il y a trente ans vont toujours en montagne… ou se sont reproduits.

  10. Quelle tristesse et quelle colère de lire ça !! Cette poignée de abrutis et de égoïste qui emmerde tout le monde et manque de respect pour les efforts, les énergies et la générosité des bénévoles !! Ça me degoute !! Merci pour votre grand cœur toujours à la ouvrage !! Charly

  11. Je partage votre tristesse. Je n’ai pas le plaisir de fréquenter ces gîtes, mais je trouve admirable votre générosité. Je vous en félicite quelque soit votre décision pour l’hiver prochain. Vous donnez un coeur à la montagne. Merci.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2017 Refuge Robert Blanc

Theme by Anders NorenUp ↑

%d blogueurs aiment cette page :